La Taverne de Sma et Cherad
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Star Citizen et nous 2.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 4:17

-Je ne vous dérange pas ?

Cherad' secoua la tête.
-Non, que voulez-vous ?

-Puis-je m'asseoir ?
-Pourquoi pas...

Elle s'assit. Cherad' la détailla : Des cheveux courts, noirs...de longues jambes..
"Sacrément longues" : Soupira-t-il...
Elle était vêtue de manière simple : Pantalon, tee-shirt épais, blouson. Des bottes de pilote...
"Tiens tiens.." : Pensa Cherad'.


-J'ai entendu parler de vous, monsieur Zakalwe...
-Par qui ? Mes créanciers ?
-Vous avez des créanciers monsieur Zakalwe ?

Le ton était léger, presque amusé. Celà calma un peu Cherad' ; il n'aimait pas la fausse gravité.

-La moitié de la population de l'univers seulement. Mademoiselle...?
-Jenkinsaar, mais appellez moi Jen.
-Bien...Jen. Qui donc vous a parlé de moi ?
-Des relations que nous avons en commun, près...d'Arcturus.
-Mmm....Nous sommes bien loin d'Arcturus, Jen. Vous êtes-vous égarée ? Ou peut être cherchez vous quelque chose ou… Quelqu'un..?
-A vrai dire, monsieur Zakalwe, nous cherchons effectivement quelqu'un. Quelqu'un capable de nous aider à résoudre un petit problème.
-Nous ?
-Nous.
-Mmm, et vous avez trouvé monsieur Zakalwe, qui lui...ne peut hélas rien pour vous.
-Pas sûr, monsieur Zakalwe, pas sûr...
-Que pourrait bien faire un vagabond comme moi, pour...vous, Jen ?
-Vagabond....hum...Ancien officier durant le conflit tripartite...Drôle de vagabond...
-Mmm...Jen, d'accord, je vois. Vous connaissez donc le vagabond Zakalwe. Alors ?
-Alors, comme je vous le disais, nous avons un petit problème. Ce problème...et bien, nous aimerions bien vous le confier, monsieur Zakalwe.
-Vous avez une singulière manière d'aborder les hommes, Jen. Leur confier un problème n'est pas exactement l'approche idéale pour vous faire apprécier.
-Je ne cherche nullement à me faire apprécier, monsieur Zakalwe. Je cherche, enfin nous cherchons, quelqu'un de confiance.
-Et bien, si tant est que vous puissiez me faire confiance, Jen, quel est donc ce petit problème ?
-Celà vous interesse-t-il monsieur Zakalwe ?
-Non. Disons, que celà me permet de tuer le temps en discutant avec une jolie femme.
-Je vois....

Elle baissa les yeux, tentant de masquer un haussement de sourcils énervé, puis se reprit :

-Je vais quand même vous expliquer en quoi consiste ce problème, monsieur Zakalwe.

"Mmm, tenace la demoiselle" : Pensa Cherad'

Un son léger, cristallin se fit entendre...
La femme passa une main dans son cou et d'un doigt appuya doucement sur un endroit précis.
-Ah, excusez-moi, monsieur Zakalwe.
-Je vous en prie.

"Implants neurotrans" : Remarqua silencieusement Cherad' "…Coûtent chers ces gadgets..."
Il écouta la conversation...en regardant autour de lui...
"Par le sang du diable, que cet endroit est froid..." Il regarda autour de lui : L'ensemble paraissait comme délavé...Oui, délavé, comme l'était d'ailleurs cette petite ville implantée sur l'unique continent que possédait cette planète, et encore "continent" était un terme un peu pompeux pour désigner ce bout de surface émergé. Une seule ville, implantée il y avait à peine une centaine d'années standards sur cette planète quasiment aquatique à plus de 98%. Ici l'industrie de la pêche était omniprésente. Par contre le sous sol, lui...Ca c'était une autre histoire : Des gisements de nobium à foison. Seul petit détail ; ces gisements se trouvaient au fond de l'immense océan qui recouvrait la presque totalité de la planète. Et il était profond, cet océan...Il tendit l'oreille : La voix grave de Jen lui parvint, bien que celle ci parlait doucement...

La communication prit fin. Cherad' regardait toujours ailleurs d'un air absent, mais il avait parfaitement reconnu le langage utilisé lors de cette comm : Du Mesharki.
Cela était rare d'entendre parler cette langue, très rare...
S'il n'avait connu pendant le conflit tripartite cet exilé Mesharki , Cherad' n'aurait même jamais eu l'occasion d'entendre ce langage, et...encore moins de l'apprendre.
Petite anecdote qui ne regardait, d'ailleurs, que lui...

-Désolée monsieur Zakalwe, même à l'autre bout de la galaxie, il y a toujours des opportuns.
-Très pratique ces implants.
-Très, monsieur Zakalwe, très...Vous devriez essayer, après on ne peut plus s'en passer, et ils sont souvent utiles dans bien des circonstances.
-Sauf lorsqu'on est assise en train de discuter et que ce "machin" vous coupe la parole.
-Oui, je le reconnais. C'est d'ailleurs ma faute, j'aurais du le couper.
-Celà se coupe donc ? Mais ou est donc placé le minuscule bouton qui permet celà, Jen ? Sur l'une de vos jambes ?

Cherad' devenait grossier, il le savait. Jouer ce rôle ne lui déplaisait pas, c'était souvent fort instructif... De plus, cette petite conversation en Mesharki et qu'il avait fait mine de ne pas comprendre, ne lui disait rien qui vaille...

Jen, resta cette fois, imperturbable
-Donc, monsieur Zakalwe, je vais vous expliquer notre problème.

Cherad' secoua la tête.

-Non.
-Pardon..!?!
-Non, ce n'est pas la bonne approche, Jen.
-Approche ?
-Disons qu'avant de commencer à m'expliquer quoique que ce soit, commencez donc par "m'expliquer" qui ou quoi je dois... imaginer, par ce"nous".
-Hum...Je ne sais si celà serait bien utile monsieur Zakalwe.
-Peut être pas en effet. Disons que celà avant d'être utile, serait plus simple. Il faut une base à tout Jen, même notre vieil univers en a besoin...
-Je n'avais jamais entendu dire que l'univers avait une base monsieur Zakalwe...
-Parce que vous n'avez pas su tendre l'oreille...Jen.

Elle le regarda fixement, puis reprit d'une voix calme et posée :

-Nous...représentons un groupe influent qui a pour but de tenter de calmer, voire de stopper, les conflits en cours.
-Les conflits en cours !!! : Cherad' rit de bon coeur.

-Vous avez trouvé là une occupation pour plusieurs générations Jen, vous ...et votre "nous" !
-Ne riez pas monsieur Zakalwe, les conflits peuvent vite dégénérer en holocauste universel, et vous le savez fort bien ! Votre "participation" à la guerre qui a entrainé plus de 800 milliards de victimes, lors de ce qu'on appella pudiquement le "conflit tripartite", vous a instruit je pense ?!
-Oui, celà m'a instruit comme vous dîtes. En fait, celà m'a appris à ne jamais plus me mêler des affaires d'autrui. Si des systèmes entiers en s'imbriquant les uns dans les affaires des autres peuvent en arriver là, malgré toutes les bonnes volontés présentes, alors un homme seul...se doit d'éviter de trop regarder chez son voisin.
-Drôle de philosophie monsieur Zakalwe, un peu simpliste, non ?
-Ce n'est pas de la philosophie, Jen. C'est du bon sens, ni plus ni moins.
-Les nettoyeurs aussi, c'était du bon sens ?

Les "nettoyeurs"...Ces brigades entières chargées de "pacifier" de la manière la plus radicale qui puisse exister. Bien des planètes eurent leur...visite. Dire que la mort les accompagnait relevait d'un doux euphémisme. Si il n'y avait eu que la mort...
Cherad' revint au temps présent, il commençait à obtenir ce qu'il voulait. Cette femme en savait finalement pas mal sur lui. Mais pas l'essentiel visiblement.
"Continuons...: Pensa-t-il...

-Les nettoyeurs, Jen, avaient une mission, et ils l'ont mené à bien. Rien de plus.
-Arrêtez moi si je me trompe, mais l'on dit que ces nettoyeurs étaient d'anciennes troupes de choc reconnues pour leur absence totale de principes..
-Le mot guerre n'a jamais fait bon ménage avec le mot principe, Jen. Mais vous vous éloignez de votre...problème.
-Êtes vous sûr que vous désirez l'entendre, mon problème monsieur Zakalwe ?
-Je vous ai déja répondu Jen.

Cherad' l'observa. A sa place, il se serait levé depuis déja longtemps...Non, cette femme et son "nous" avaient peut être effectivement besoin de lui. Hum...un bon paquet de monnaie, ou des emmerdements à n'en plus finir...Il attendit tranquillement la suite.

-Nous...Oui, "nous", sommes donc à la recherche de quelqu'un de confiance pouvant transporter une marchandise jusqu'au système Achenar.
-Achenar ! Mais c'est à l'autre bout de l'univers ça !
-Pas de problème monsieur Zakalwe, si votre univers a une base, et bien...vous n'aurez qu'à vous laisser glisser dessus.
-.....
-Ce genre de travail est-il dans vos capacités, monsieur Zakalwe ?
-Bien que n'étant pas véritablement spécialisé dans le "transport" ; oui. Mais n'importe quel service de cargo longue distance, ou même de courrier rapide, ferait l'affaire...Alors pourquoi rechercher un autre moyen, Jen ?
-La discrétion monsieur Zakalwe, la discrétion...
-Marchandise...illégale, Jen ?
-Non, mais je dirais plutôt ; sensible...
-hum...Je ne suis pas forcément contre votre proposition, mais mon vaisseau n'est pas de type cargo...l'espace réservé aux marchandises y est restreint.
-Je sais. J'ai vu votre vaisseau, et il n'y a aucun problème.
-Aucun problème...Et de quel volume est donc cette marchandise, Jen ?
-Cette marchandise pourra même voyager dans votre poste de pilotage monsieur Zakalwe.
-Expliquez-vous un peu plus, Jen. Car s'il s'agit d'un passager, je refuse tout net.
-Hum..Ce sera un passager effectivement. Mais pas"vivant", enfin pas dans le sens carboné du terme.
-Un droide ?
-Pire...Un drône.

Jen sourit. Cherad' fit la grimace. Un drône.... De très loin supérieur au droide, et même à certains humains prétendaient les mauvaises langues. Une intelligence tellement....stupéfiante, qu'on avait fini il y a quelques années standards, par leur accorder le statut d'êtres pensants à part entière...
Il y en avait de toutes sortes, mais ils étaient peu répandus...Beaucoup furent utilisés à des fins militaires. La puissance de destruction de certains était...effrayante, même pour lui. Il en gardait d'ailleurs d'amers souvenirs.

-Un...drône...
-Oui monsieur Zakalwe. Cela vous dérange-t-il ? Vous n'avez pas fait partie de ces gens qui leur refusaient les droits élémentaires, j'espère ?
-Non, quoiqu'après réflexion, je les aurais tous volontiers envoyé au recyclage.

Jen rit.

-Oui, j'admets qu'ils sont parfois...énervants.
-Enervants étant le moindre des qualificatifs pouvant s'appliquer à leur sujet... Mais pourquoi ce drône doit-il voyager discrètement, Jen ? Contient-il des secrets militaires ? Des données ultra-confidentielles qui pourraient mettre en péril la "stabilité" même de l'univers ? Les N° de tous les comptes secrets de la Banque de la Fédération ?
-Non monsieur Zakalwe, navrée de vous décevoir même si celà a l'air de beaucoup vous amuser, mais ce drône ne contient aucune information de ce type. Les informations qu'il détient sont de nature pacifique, et c'est bien là ou réside le problème.
-Hum...insinuez-vous, Jen, que d'odieux marchands d'armes, par exemple, voudraient avoir la...peau...de ce charmant drône ?
-Peu importe monsieur Zakalwe. Ce que vous devez savoir, c'est que si ce drône était détruit avant de parvenir à Achenar, nous rentrerions dans une ère de conflit sans précédent.
-Je vois. Ou plutôt je ne vois rien du tout. Mais vous avez finalement raison, peu importe. Ce que je comprends parfaitement, c'est que ce "transport" ne sera pas forcément de tout repos...pour le transporteur. Exact ?
-Exact monsieur Zakalwe. Et moins vous en saurez, moins vous effleurera l'idée de vous débarasser de ce drône..si tant est qu'il vous laisse faire. Alors, monsieur Zakalwe, mise à part la discrétion nécessaire, rien ne s'oppose à ce que vous fassiez ce petit voyage avec notre drône, qu'en pensez-vous ?
-Quelle garantie avez-vous donc que je ne chercherai pas à vous filouter, Jen ?
-"Filouter"..???
-Oui, disons, que j'éxécuterai bien comme il faut, le travail que vous désirez me confier.
-Et bien, disons que si telle était votre idée, votre fameuse conception de la "stabilité" de l'univers ne serait plus d'actualité pour vous, monsieur Zakalwe....
-A ce point, Jen ?
-A ce point.
-Mmmm... Pourquoi confier ce drône entre des mains étrangères, Jen ? Pourquoi ne pas l'emmener directement vous mêmes, ou vos amis supposés dans ce "nous" ?
-La discrétion d'abord, et l'impossiblité ensuite.
-Impossiblité ?
-Oui. Nos amis seraient immédiatement repérés s'ils venaient eux mêmes prendre livraison de ce drône.
-Ah ? Sont-ils donc habillés de si extravagante manière ?

...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 4:21

Jen soupira...

-Nos amis sont connus, hélas. Quand à moi, je dois rester ici. Mon départ éveillerait trop de soupçons.
-Oui...vieille rengaine... Et l'idée ne vous est pas venue que me voyant avec vous, certains "mal intentionnés" pourraient être interessés par ma modeste personne ?
-Si, bien sûr. D'ailleurs j'ai laissé entendre que je cherchais quelqu'un pour convoyer un drône personnel, porteur de tous mes documents d'héritage, et que celui ci devait partir pour recueillir tous les autres documents de ma famille.
-Documents d'héritage ???
-Et oui monsieur Zakalwe. Ce sont parfois les idées les plus simples et les plus inoffensives...qui paraissent les plus crédibles.
-Mais pourquoi un drône ?
-Parce qu'un drône de part son double statut d'entité pensante et de...machine infaillible est considéré par beaucoup de lois en vigueur comme un agent inviolable, et ne pouvant être atteint de prévarication. Vous l'ignoriez ?
-La fait est...Mes connaissances en matière d'héritage étant assez superficielles, je vous le concède volontiers.
-Voilà donc pourquoi certains drônes, qui acceptent de recevoir ce genre de responsabilités administratives, voyagent de part et d'autre de l'univers monsieur Zakalwe.
-Quel beau métier font-ils là, Jen ! J'envie ces "ronds de cuir" aux...coudières métalliques !
-Je conçois que celà puisse vous amuser monsieur Zakalwe. En attendant, cette idée a été jugée acceptable, et c'est pourquoi nous allons procéder de cette manière. Alors, monsieur Zakalwe ?
-Alors, si j'acceptais de transporter votre "notaire positronique", quel bénéfice pourrais-je en tirer...Jen ?
-Mes amis proposaient de vous fournir une assez conséquente rémunération...
-De l'orde de...?
-Cinq millions de crédits, monsieur Zakalwe. Un au départ, le reste à la livraison.
-Cinq millions....Avec une certitude quand au paiement final..?
-Oui, monsieur Zakalwe. Un ordre de crédit d'un million, encaissable à la seconde même de la transaction, et un autre de quatre millions, donné le même jour mais encaissable seulement à votre arrivée. Les cinq millions se retrouveraient ainsi sur votre compte, mais un seulement serait disponible immédiatement. De quoi couvrir les frais du voyage, ne pensez-vous pas ?
-Les frais oui...

Cherad' réfléchit. Certes la somme était alléchante, et son Couguar avait grand besoin de réparations, entre autre...

-Bien Jen, je suis preneur. Quand comptez-vous m'amener ce drône, car mon départ est prévu sous peu, et je tenais d'ailleurs à vous prévenir qu'il risquerait d'être un peu mouvementé...
-Je suis au courant monsieur Zakalwe, et celà même, sert mes interêts.
-???
-Oui, ainsi, vous êtes vraiment dans le rôle du pilote à "petits boulots"...Ma demande auprès de vous, n'en aura donc que plus de crédit, personne ne songera un seul instant que je pourrais confier quelque chose de trop important à un pilote qui part escorter un convoi dans ce coin...périlleux. Quand à ce drône, il est d'accord pour partir, même dans ces conditions. Il vaudrait mieux d'ailleurs que vous fassiez sa connaissance le plus tôt possible.
Vous verrez, vous avez des tas de points communs ! Relevez donc la tête, que je vous prenne en holo, le drône vous reconnaitra immédiatement.

Cherad' grimaça. Mais bon...
Elle prit son holo et envoya le tout.

-Il sera là dans peu de temps, je vais vous laisser. J'ai envoyé mes coordonnées et donné les ordres pour notre transaction à votre OCP, si vous avez besoin d'autres choses, n'hésitez pas à me joindre. Vous serez recontacté en arrivant dans le système Achenar.
-D'accord.
-Bon voyage monsieur Zakalwe.
-Bon retour Jen, et mes amitiés à "nous".
-Je n'y manquerai pas. Vous savez, "nous" va sûrement suivre votre voyage avec beaucoup d'attention monsieur Zakalwe.

Elle se leva, et partit.
Chérad' la regarda s'éloigner, puis pensa qu'il n'avait même pas songé à commander une autre bière...Il avait soif soudainement.
Il consulta son OCP, les cinq millions étaient bien crédités sur son compte, avec une réserve sur les quatre comme convenu...
Il soupira...
Pourquoi donc avait-il accepté ?
Pour son Couguar pardi, pour son Couguar...Et puis, l'ennui venait si vite....
Il recommanda une autre bière...
Ou donc pouvait se terrer ce pouilleux de troykoda ?

...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 4:23

Cherad' prit son holocom et tapa "Jenkinsaar" dans la section 'situation planétaire'. Il apprit que Jen était déclarée en transit ici, et lu sous la rubrique profession...Archéologue.
Archéologue ?
Lrosqu'il y a plus de 2000 ans, l'homme entreprit d'aller voir un peu ce qui se trouvait en dehors de sa bonne vieille Terre, il alla de plus en plus loin, jusqu'à coloniser près d'un quart de sa propre galaxie...25.000 années-lumière, ce n'était pas rien, quand même ! La découverte et la possibilité d'utiliser les trous de Ver fut enfin le tremplin tant espéré...ou redouté, ce fut selon. Mais jamais, au grand jamais, il ne découvrit une autre race sapiente. Des planètes pouvant l'accueillir oui, des formes de vies animales, également, mais rien qui puisse ressembler de près ou de loin à une intelligence comparable à la sienne. Il y eut d'ailleurs de grandes déceptions à ce sujet. Personne ne pouvait croire que l'homme fut la seule espèce ayant développée des sociétés structurées, capables de pousser leur espèce sur des chemins parallèles à l'espèce humaine. Ca paraissait invraisemblable. Celà allait à l'encontre de tous les calculs de probabilité les plus sophistiqués !
L'homme était donc pour l'instant le seul de son genre, et ça ne l'aidait pas forcément dans son exploration. Terminés les rêves d'une autre race bien plus puissante, capable d'amener avec elle progrès incroyables et sagesse immémoriale. Au pire, même une autre race supérieure mais agressive eut été un bien pour l'humanité. Un conflit contre une telle race aurait enfin pu souder l'espèce humaine qui en en avait grand besoin...pensait-on alors.
Alors l'homme s'éloigna de plus en plus de son système d'origine, il colonisa, allant même jusqu'à se métamorphoser en certains endroits, presque muter en quelque sorte. Mais il restait un humain, originaire de la planète terre, berceau de l'humanité et...à son grand désespoir, également berceau de la seule espèce intelligente.
Archéologue...?
Mais archéologue de qui, de quoi ?
La plus vieille colonie, Mars, avait à peine 1800 ans. Pas de quoi entreprendre des fouilles archéologiques !
Quand à la Terre elle même...Elle avait tellement été fouillée, retournée en tous sens, qu'y découvrir quelque nouveauté relevait de la pure utopie.

Cherad' finissait son verre lorsque le drône fit son apparition...
Celui ci était petit, un mètre trente tout au plus. De forme ovale, l'on pouvait percevoir à de subtiles vibrations de l'air ambiant, ses champs de force le maintenant en suspension à environ cinquante centimètres du sol.
"Profil bas": Songea Cherad', car il savait que les drônes n'étaient pas limités dans leurs déplacements...il aurait tout aussi bien pu se tenir à quatre mètre du sol...

-Monsieur Zakalwe ?

Le drône s'entoura d'un champ bleuté, rassurant. Sans aucuns moyens de laisser transparaitre une expression car dépourvus de la moindre aspérité sur l'ensemble de leur forme ovoïde, les drônes s'entouraient volontairement de champs de différentes couleurs qu'il était facile d'interpréter, permettant ainsi de laisser transparaitre leurs "émotions"...
Ils avaient tous des noms, leur citoyenneté les autorisant à en porter.

-Oui.
-Je suis Z'ker no Vakolm. Je suis envoyé par mademoiselle Jenkinsaar. Je suis un drône administratif, et j'ai appris que vous alliez être mon transporteur. Vous m'en voyez très honoré monsieur Zakalwe.
Le champ bleu s'intensifia...

"Tu parles, et moi donc" : Pensa illico Cherad'...

-Moi aussi Z'ker no Vakolm. Celà va être un plaisir peu commun que de vous...." transporter".
-L'on m'a prévenu que nous partirions sous peu, aussi suis-je immédiatement venu. Vous pouvez m'appeller Z'ker, comme tous mes amis.

"Il a des amis ?": Se demanda Cherad'. Il imaginait de subtiles beuveries à grand renfort de...tiens oui, à grand renfort de quoi au fait ?
Les drônes qu'il avait connu étaient des machines de combat, d'excellentes machines de combat, de superbes machines de combat.
Aucune émotivité, une énergie...insoutenable, et un sens de l'humour assez diabolique. Tuer n'était pas un acte pervers pour eux, c'était un amusement, mieux encore ; un sujet d'étude. Aussi, inventaient-ils mille et un moyens de satisfaire leur studieuse curiosité...
Celui ci ne semblait finalement pas très différent, extérieurement du moins, de ceux qu'il avait connu.

-D'accord Z'ker, vous pouvez faire de même en m'appellant Cherad'.
-Bien Cherad'. C'est une bière de Tau Ceti ?

"Ah..Là, je sens que je vais découvrir quelque chose.." : Sourit intérieurement Cherad'...

-Oui, une des plus amères. Vous…connaissez cette bière Z'ker ?
-J'ai eu l'occasion de voir, il y a maintenant pas mal de temps, une population entière qui ne jurait que par elle.

Cherad' frissona...

-Et où avez vu celà, Z'ker ?
-Sur Alpha Torat, Cherad'.

Alpha Torat. Sainte mère de Kazan ! Cherad' resta sans voix.
"Alpha Torat..." Ce nom évoquait à lui seul toute l'horreur du conflit tripartite.
Une petite planète agricole prospère... Elle fut acceptée au sein de l'ancienne Alliance Pacifique. Lorsque le conflit tripartite éclata, Alpha Torat ne fit juste que donner sa voix au vote contre l'annexion des systèmes de Belta-ter par le Conglomérat. Engagement qui ne concernait d'ailleurs même pas Alpha-Torat, puisque le système Belta-Ter était à plusieurs parsecs d'elle. Celà suffit cependant. Elle vit débarquer des hordes de soldats et de drônes qui en quelques mois standards la réduisirent en cendre.
Les exactions qui y furent commises furent tellement sauvages qu'elle fut mise en quarantaine sous prétexte que ses habitants avaient utilisé des toxines mortelles pendant les combats contre le Conglomérat.
La réalité était toute autre... Pas un de ses 600 millions d'habitants ne survécût.
La planète fut stérilisée...morceau par morceau. Mais avant celà, l'horreur y eut ses plus belles lettres de noblesse.
Cherad' connaissait bien l'histoire de cette planète...très bien.
Quelques temps avant que le conflit ne prenne fin, le Conglomérat décida d'effacer encore plus, tout ce qui pouvait se rapporter à Alpha Torat. Une incroyable charge d'anti-matière fut déposée en son noyau et elle explosa en des billions de fragments. Plus aucunes traces ne devaient subsister... C'était devenu un champ d'astéroïdes que tous les pilotes avaient appris à éviter.

-Et vous Cherad', est-ce là que vous avez appris à aimer cette bière si amère ? : Poursuivit le drône s'entourant d'un champ bleu profond...
-Peu importe, Z'ker...peu importe..
-Saviez-vous que Tau Ceti tenait les secrets de fabrication de ce breuvage d'Alpha Torat, Cherad' ?
-Les secrets voyagent...ami Z'ker...

Le champs du drône vira au jaune, il riait.

-Oui, ami Cherad', les voyages s'ils ne forment la jeunesse, préparent du moins le futur ! Le jaune se méla d'orange..

"Il s'amuse ce satané drône..." : Pensa Cherad'.
Il termina sa bière.


...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 4:24

Cherad' se leva enfin.
-Venez Z'ker, allons à mon vaisseau. Il sera votre domicile pendant pas mal de temps. Et puis, autant que vous fassiez connaissance avec Atzo dès maintenant.
-Atzo ?
-C'est mon ordinateur de bord. Peut être sera-t-il plus réceptif à votre humour que moi ?

Le champ repassa au jaune.

Ils sortirent du bar, et se dirigèrent vers la navette de la station orbitale.
Il n'y avait guère de monde dehors, il pleuvait...Il pleuvait de toute façon en permanence sur cette fichue planète.

-Vous avez laissé votre vaisseau à la station orbitale ami Cherad' ?
-Oui, je préfère.
-Pourquoi donc ?
-Pour qu'il ne soit pas dépaysé, Z'ker.
-.....

Ils s'installèrent dans la navette, qui décolla peu après.
Le transit fut rapide.
Une fois débarqués, il se dirigèrent vers le dock où était amarré le Couguar.
Au passage, par l’une des baies, Cherad' vit les cinq cargos du convoi de Kalhun, qui attendaient amarrés les uns aux autres par des sas mobiles.
"Tiens c'est vrai...Il faudrait peut être que je fasse un petit check list..."

Ils passèrent l'identification du sas de la station, puis Cherad' posa son poignet contre le détecteur du sas du Couguar, un léger bip se fit entendre, et le contrôle rétinien balaya ses yeux. L'accès au sas du vaisseau s'ouvrit.
*Bienvenu Cheradenine*
-Salut Atzo, tout va bien ?
*Dois-je laisser pénétrer le drône qui se tient à vos côtés?*
-Oui, et profites-en pour prendre son empreinte infocode, s'il te plait.
*Quel degrès d'autorisation dois-je lui accorder Cheradenine ?*
-Déplacement intra solo... Le reste…Seulement en ma présence, Atzo.
*Enregistré Cheradenine.*
Le dernier accès s'ouvrit. Ils pénétrèrent dans le vaisseau.

-Atzo, as tu fait procéder au plein de nano-hydrogène ?
*Oui, ainsi qu'au changement de deux des quatre noyaux d’anti-matière.*
-Deux ? Ils étaient donc si vieux ?
*Vingt pour cent pour l'un, trente deux pour cent pour l'autre.*
-Pfiou, me ruinera ce vaisseau...Rien d'autre ?
*Maintenance habituelle, avitaillement, et nécessités de premier ordre. Contrôle armement et comms.*

-Nécessités de premier ordre ? Le champ de Z'ker était d'un rouge-orangé léger...interrogatif !
-Oui, de la bière : Répondit Cherad'...

Le champ vira au jaune.

-Entrez Z'ker, inutile de vous préciser qu'il vaudrait mieux que vous ne sortiez pas seul de ce vaisseau. Nous partirons sous peu, mais en attendant, le Couguar reste le lieu le plus sûr pour vous.
-Le plus sûr ?
-Oui...Jen m'a mis au courant. Pas autant qu'il aurait fallu, mais suffisament pour que vous puissez laisser tomber vos airs de notaire.
-Bien, je comprends ami Cherad'. Le champ vert pâle reflétait le calme, les pensées...
-Je vais vous montrer votre...cabine.
-Je vous suis.

Cherad' expliqua au drône les divers fonctionnalités qu'offraient la cabine, comme il l'eut fait avec un être...carboné. Rien n'était moins nécessaire, mais autant Cherad' ne fréquentait maintenant plus guère les drônes (!), autant il avait toujours été d'accord pour leur reconnaitre les mêmes droits qu'aux humains.

-J'aimerais beaucoup voir le poste de pilotage, si celà ne vous ennuie pas ami Cherad'.

La requête ne surpris qu'à moitié Cherad'...

Autant les cabines du Cougar étaient plutôt petites et spartiates, autant le poste de pilotage était vaste.

-Fuiiii. Emit le drône !

Cherad' se retourna, un vrai sifflement admiratif était sorti du drône.
Il secoua la tête ; c'était parfois confondant…

-Intéressant ami Cherad', très intéressant...
-Oui, ces vaisseaux étaient pilotés par trois hommes. Il reste encore les trois sièges d'ailleurs.
-Et comment faites-vous pour le diriger seul ? D'un champ orange vif ; très interrogatif !
-La console centrale regroupe désormais toutes les fonctions : Communications, défense, armement et pilotage. Et Atzo est là...
-Très intéressant, vraiment !
-Les cabines que je vous ai montré tout à l'heure n'existaient pas sur ces vaisseaux. L'espace était occupé par les missiles lourds et les bombes nucléo-fragmentées. N'ayant pas besoin de tels...accessoires, j'ai tout remplacé par ces deux cabines et d'autres choses.... Il y a même un auto-doc, complet celui là !

-Missiles lourds, bombes...?
-Oui Z'ker, c'est un ancien vaisseau militaire...
-Militaire ? Pouvez-vous m'en dire plus, ami Cherad' ?
-Nous verrons celà plus tard, Z'ker. Si celà ne vous dérange pas...
-Nullement ami Cherad', nullement. Et le système de communication ?
-Le même que votre amie Jen, Z'ker. A la différence que celui ci pèse deux tonnes et demi...
-Ces implants comm-infra-espace sont fantastiques n'est ce pas ami Cherad' ?
-Ils sont surtout onéreux...Z'ker, très onéreux...

"Et plus que ça même...trois ou quatre fois le prix de ce vaisseau" soupira Cherad'…
Des implants, tout le monde en avait, mais de ce type...Hum, c'était vraiment réservé aux plus...nantis. Cherad' s'imagina un court instant Jen à la tête d'une puissante et richissime société. Celà le fit sourire. Restait que.. les archéologues étaient bien équipés, semblait-il. Bah...

-Ami Cherad' ?
-Oui Z'ker.
-Quel type de vaisseau est-ce donc là, finalement ?
-Mmm...Le mieux serait qu'Atzo vous l'explique lui même. Il adore ça, et ça me permettra d'économiser de la salive : Répondit Cherad' en esquissant un léger sourire.
-Entendu ami Cherad', je demanderai donc à Atzo de tout m'expliquer.
-Hmm, soyez quand même sur vos gardes Z'ker, Atzo est intarissable lorsqu'il s'agit de lui !
-"Lui" ?
-Bien sûr, Atzo est présent dans chaque nanocube de ce vaisseau. Il est donc le vaisseau, en quelque sorte. A tel point que je me demande parfois qui commande quoi ici...Le sourire de Cherad' s'agrandit.
-C'est là une technologie très rare, ami Cherad !
-Mais, cher Z'ker, le Couguar EST un vaisseau très rare...Et très vieux également : Fit Cherad' en riant. Je vous laisse avec Atzo, je dois redescendre vérifer quelques détails. A plus tard, Z'ker.
-Bonne vérification, ami Cherad'. D'un ton bleu pâle...

Cherad' sortit.

*Alors Z'ker, vous voilà donc notre invité ?*
-Exactement Atzo. Et j'en suis ravi, sincèrement.
*Hum...Attendez d'avoir vu Cheradenine plusieurs mois d'affilés, et nous en reparlerons* Suivit d'un léger rire cristallin.
-Atzo, pouvez-vous s'il vous plaît m'en dire plus sur le Couguar. Je suis terriblement curieux de savoir sur quel vaisseau je me trouve.
*Entendu Z'ker, à votre service. Nous commençons par les données techniques. D'accord ?*
-Allez-y Atzo, je suis...tout ouïe !
*Bien. Le Couguar, que notre ami Cheradenine a rebaptisé ainsi, est en fait une ancienne corvette militaire. Corvette spécialisée dans le bombardement, mais aussi l'attaque de vaisseaux lourds. Porteuse d'engins de moyennes et courtes portées. Construite par les entreprises "Whitney-Purp" il y a exactement 101 ans. Masse totale au moment présent : 20.163 tonnes. Longueur 150 mètres. 4 centrales énergétiques fournissant 3200 mégawatts. 3 pylones d'armement léger, 3 pylones d'armement moyen, 4 pylones d'armement lourd. 3 propulseurs à ions lui permettant d'atteindre 0.90 de la vitesse luminique, 2 propulseurs lourds à nano-hydrogène pour les déplacements orbitaux , sub-orbitaux et...de combat, 1 propulseur capsulaire de classe 3 lui permettant d'emprunter "tous" les Trous de Ver.
Sur les 4 centrales énergétiques, 3 sont réservées aux propulseurs à ions lors de leur utilisation. Scanners de classe 3 également. Capsule de secours à propulsion capsulaire elle aussi. 2 boucliers à mailles croisées, l'un supérieur l'autre inférieur. Le reste...Il vous faudra voir avec Cheradenine pour les détails plus...confidentiels.*
-Je vois. Donc, l'ami Cherad' et vous, êtes les deux seuls occupants du Couguar. N'est-ce pas trop difficile pour un vaisseau de cet acabit, Atzo ?
*Celà aurait pu l'être si Cheradenine n'avait pas fait transférer les 3 étages principaux de commande sur un unique poste. Ces changements ont eu pour effet de simplifier un bon nombre de tâches, même pour moi. De plus, l'armement dévolu au bombardement : Missiles, bombes etc...n'existant plus sur le Couguar, une grande part de mes zones d'activités ont pu être concentrées en d'autres domaines.*
-Combien reste-t-il de ce type de corvettes en activité, Atzo ?
*Aucune à ma connaissance, Z'ker. Elles ont été déclassées et envoyées à la ferraille, si mes renseignements sont toujours d'actualité*
-Comment alors l'ami Cherad' a-t-il pu se procurer un tel vaisseau, s'il appartenait à des forces militaires ?
*Celà, je pense qu'il appartient à Cheradenine de vous l'apprendre lui même, s'il le désire. Voulez-vous d'autres renseignements sur le Couguar, Z'ker ?*
-Non merci, pas pour le moment Atzo. Je suis très impressionné en tout cas, que notre ami Cherad' ait pu rentrer en possession d'un tel vaisseau.
*Cheradenine peut impressionner par un nombre incalculable de ses côtés, Z'ker. En particulier par la quantité de bières ou de cafés qu'il peut être capable d'ingérer ou par le nombre phénoménal de jurons que peut contenir son vocabulaire lorsqu'il lui prend l'envie de leur...faire prendre l'air.*

Le champ jaune léger revint autour du drône.

-Vous connaissez l'ami Cherad' depuis longtemps, Atzo ?
*Depuis qu'il a pu...acquérir le Couguar, Z'ker. Soit depuis 44 années standards.*
-Savez-vous pourquoi l'ami Cherad' a baptisé cette corvette "Couguar", Atzo ?
*En fait Z'ker, il voulait l'appeller "la baleine" prétextant qu'il y serait comme Jonas : Bien à l'abri en son sein...Mais un bon ami de ses connaissances ayant éclaté de rire à cette révélation, Cheradenine se vexa et trouva le 1er mot qui lui vint à l'esprit*
-1er mot ?
*Oui, son ami et lui même ayant cette discussion hautement intéressante dans un bar, devant une bouteille de whisky de la colonie de Petrus. Ledit Whisky se nommant "le Couguar" en raison des sensations de griffes acérées qu'il procurait en descendant dans l'oesophage de ceux assez téméraires pour le goûter. Que le saint-concepteur soit loué, ils auraient pu à ce moment précis être assis devant un plat de choucroute au limachon, vous savez Z'ker, ce fameux plat : "le Bourre-tout"...*
-Merci Atzo de toutes ces précisions. Le champ du drône avait doucement viré au jaune vif.
*De rien Z'ker.*
-Je vais tenter de joindre mademoiselle Jenkissar, y voyez-vous un inconvénient Atzo ?
*Aucun, Cheradenine n'ayant rien spécifié à ce sujet. Je passerai quand même votre communication en codage 8 terras, si celà ne vous dérange pas Z'ker.
-Entendu Atzo. Où puis-je obtenir cette communication, s'il vous plaît ?
*De votre cabine Z'ker, je vous ouvre une ligne.*
-Merci Atzo.

Le drône se retira dans sa cabine.

...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 4:24

Cheradenine reprit la navette.
Il débarqua, trouva rapidement un subtaxi qui l'amena au port de pêche principal.
Le terme "port" avait traversé les âges…C'était un bon terme.

Il marcha le long de l'immense digue protégeant le port des tempêtes gigantesques de cet océan qui semblait infini.
Troykoda n'était pas reparti d'ici, il en avait la certitude.
Qu'était-il d'ailleurs venu faire ici ? Cherad' imagina cette enflure de Troykoda donner dans la contrebande de...poissons.
Celà le fit sourire.
Alors du nobium peut être... Non, ça ne collait pas avec l'individu.
Il tourna et prit une rue diagonale. Lançant un dernier regard au loin, il distingua d'immenses bâtiments émergeant à peine du brouillard. Sûrement les entrepôts.
Le soleil unique se couchait lentement. Une rotation de 41 heures standards...Pas drôle cette planète.
L'enseigne de l'un des nombreux bars encadrant la rue, lui attira le regard.

*Cheradenine ?*

Atzo appellait !

-Oui ?
*Z'ker désirerait vous rejoindre, il a reçu, par ses propres canaux, des informations pouvant être susceptibles de vous intéresser, prétend-il.*
-Et bien, qu'il me les envoie, je l'écoute.
*Hem...Il voudrait mieux que vous lui parliez vous-même, Cheradenine*
-Bon....Passe le moi s'il te plaît Atzo...

-Ami Cherad' ?
-Oui cher Z'ker, que se passe-t-il ?
-J'ai eu plusieurs comms de Jen', dont une sur votre…ami : Troykoda.

"Troykoda..." Jen' savait celà...aussi." Cherad' sourit.

-Bon, d'accord Z'ker...et ???
-Je pourrais vous rejoindre et vous les transmettre.
-Vous ne pouvez pas les transmettre maintenant...cher Z'ker ?
-Je préfèrerais vous les donner directement, si celà ne vous dérange pas, bien sûr !

Cherad' soupira.

-Bien sûr...bien sûr...Mais sont-elles réellement importantes, ces informations...Z'ker ?
-Je le suppose ami Cherad', je le suppose...

Cherad réfléchit...1 million de crédits quand même...Bah, après tout, le drône pouvait sortir. Demain le Couguar serait loin d'ici...

-D'accord Z'ker, je suis au port de pêche principal, à côté d'un bar se nommant "l'intrépide", je vous y attendrai.
-J'arrive Cherad'....Euh...pour celà, il me faut sortir de votre vaisseau..
-Ah oui, c'est vrai...Atzo ?
*Oui cheradenine*
-Laisse sortir Z'ker...euh, pour cette fois seulement, ok ?
*D'accord cheradenine, pour cette fois seulement....*
-Z'ker ?
-Oui très cher ami Cherad' ?

Cherad devina le champ rose de contentement....

-Il commence à faire nuit...Vous avez des...phares, Zker ? Enfin, des machins pour éclairer devant vous ?
-Nous sommes équipés pour faire face à toutes circonstances, Monsieur Zakalwe. A tout de suite.

Mmmm... Adieu le champ rose...il avait du légérement se teinter de rouge...

Cherad' pénétra dans le bar.
L'endroit était animé : Des dockers, des pêcheurs, des traînards prêts à vivre cette nuit qui commençait à tomber . Une musique tonitruante envahissait l'espace comme une pluie d'hydro-sauterelles de Betelgeuse.
Cherad' trouva une place libre et s'assit tant bien que mal sur une chaise branlante.
-Garçon...?
-GARCON !!!

Le serveur arriva, c'était un droide à demi cabossé...
-M'sieur ?

Un accent à s'y méprendre...

-Une bière de...Bex, ça changera !
-Ca changera de quoi M'sieur ?
-De rien, une bière !

Le bar voyait entrer et sortir toutes sortes d'individus, tous plus assoiffés les uns que les autres.
Cherad' avait soif...La bière arriva enfin.
Il lampa une bonne gorgée. L'air ambiant était saturé de relents salés. Un peu trop salés à son goût.
Les bars devaient faire fortune ici.
Il s'imagina un moment derrière un comptoir...Arf, Cherad' le tavernier !
Il continua d'observer les allées et venues.

-Ami Cherad' !

Le drône était juste derrière lui, toujours à 50 cms du sol.

-Ah...Z'ker, pas trop difficile à trouver ?
-Ami Cherad' pour vous voir, nul endroit ne pourrait être difficile à trouver.
-Hum...Alors, ces informations ?
-Oui...Oh, c'est encore une bière de Tau Ceti ?
-Non...de Bex !
-Ah...Est-elle meilleure ?
-Elle est...bien plus encore !
-Moins amère ?
-Exact, plus douce, plus fruitée...
-Vous choisissez vos bières en vertu des moments de la journée, ami Cherad' ?
-Non, en vertu de mes humeurs du moment…Z'ker.
-Ah...Et sont-elles douces et fruitées, ces humeurs ?
-Non, au contraire...C'est pour celà qu'il faut que je contre-balance. Vous comprenez ?
-Oui...je vois…
-Et vous, que prenez-vous Z'ker ? : Fit Cherad', décidement très en forme ce soir !
-Oh, ami Cherad', vous regarder boire votre bière est déja un plaisir en soi.
-hum...Et, ces infos, cher Z'ker ?
-Oui...voilà ; votre ami Troykoda a été vu non loin d'ici, j'ai l'adresse si vous le désirez...

-Nom d'un bordel bleu ! : Grogna Cherad'...."Et je n'ai même pas la moindre pétoire sur moi !"

-Un problème ami Cherad' ?
-Et bien, vu que nous partons sous peu, j'aurais aimé, avant ce départ, rendre une...amicale visite à...mon ami.
-Et bien, allons-y !!! Fit Z'ker joyeusement !
-C'est que...mon ami risque de pas forcément apprécier ma venue aussi...tardive..
-Oh ! Alors nous achèterons des fleurs sur le chemin, j'ai appris que lorsqu'on arrive quelque part, il faut toujours acheter des fleurs.
-Oui...des fleurs...

"Des fleurs carnivores de Beta Hydri, oui !"...Sept mètres de haut, ça aide pour présenter son pistil…" : Pensa illico Cherad'.

-Bah, de toute façon, qui ne risque rien n'a rien. Allons-y Z'ker !
-Le risque étant effectivement de ne pas trouver de fleuriste ouvert à cette heure, ami Cherad'
-Euh Z'ker...Laissons tomber les fleurs, je crois que mon ami y est allergique.
-Oh, pauvre homme...Soupira le drône en s'entourant d'un champ violet de compassion.


...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 4:25

-Pff, quelle fichue ville. Aucune indication de quoique que ce soit ici : Grommela Cherad'.

Les rues étaient désertes et ça faisait maintenant une bonne heure que Cherad' et Z'ker se dirigeaient vers l'adresse supposée de Troykoda.
"Sont tous dans les bars...pas possible autrement" : Songea Cherad'.
Ils traversèrent une partie du port pour arriver enfin dans la zone des entrepôts.

-Voilà, c'est ici ami Cherad' !

Le bâtiment en question était partiellement plongé dans l'osbcurité. L'éclairage public avait rendu l'âme et seuls quelques balises éclairaient l'endroit.
Cherad' s'arrêta au coin de la sombre bâtisse.

-Vous êtes sûr que c'est ici, Z'ker ?
-Oui, oui ami Cherad'. Allons rendre visite à votre ami !

Plusieurs portes se présentaient à eux, ce bâtiment servait evidemment d'entrepôt. Aucun système de sécurité apparent, même pas un bon vieux grillage.
Z'ker ouvrit une petite porte, jugée plus discrète, pour se retrouver dans une sorte de grand dépôt de containers. Seule la moitié de la surface était occupée...
Cherad' guidé seulement par les veilleuses du bâtiment s'avança jusqu'au centre.

-Nous pourrions peut être donner de la lumière ami Cherad' ?
-Chhhht...S'il vous plaît, Z'ker. Pouvez-vous être moins...sonore ?
-D'accord ami Cherad' : Chuchota le drône.Vous voulez faire une surprise à votre ami, c'est celà ?
-Oui....C'est celà...

Cherad' fit néanmoins un peu de lumière à l'aide de son holocomms.

Tout s'éclaira soudainement ! Ils furent pris sous des flots de lumières : Des projecteurs !

-Hé! Qu'est ce que vous foutez là ?

Cinq hommes, visiblement les gardiens de l'endroit, avançaient vers eux. Ils commencèrent à se déployer autour de Cherad'.. .

-Ah désolé : Fit Cherad'. Nous cherchons l'entrepôt de la Cie Travor.
-C'est pas là ! Fit l'un des hommes qui tenait avec sureté une barre de métal grosse comme le poignet de Cherad' !
-Et quand bien même, continua l'homme, vous arrivez toujours comme ça dans le noir ?
-Et bien, à vrai dire...non. Mais nous nous sommes un peu égarés...et sommes entrés dans cet entrepôt là, au hasard, espèrant trouver quelqu'un pour demander notre chemin…
-Et tu m'as trouvé, face de cul de gnork !

Les hommes se rapprochaient. Cherad' calculait la distance qui le séparait de la porte par laquelle il était entré.
Quand au drône, il ne bougea pas. Stationnaire à cinquante centimètres du sol, comme d'habitude.

-Bon, on va vous reconduire, fit l'homme en passant d'une main à l'autre son impressionnante barre de métal.

Les cinq hommes éclatèrent de rires !
Ils n'étaient plus qu'à quelques mètres lorsque le drône décolla à une vitesse stupéfiante !
Des lames sortirent de lui, propulsées à une vitesse telle que Cherad' entendait leurs vrombissements plus qu'il ne les voyait.
Ces lames allaient et venaient dans l'entrepôt, taillant, coupant, sectionnant.
Elles effectuaient des spirales comme si elles autoguidées, mais Cherad savait que le drône les dirigeait.
En quelques secondes, ce fut terminé. Sans un cri...
Des cinq hommes, ne restaient que des fragments épars, certains même collés sur les murs. Pas un de ces fragments ne dépassait trente centimètre : Une boucherie. Le sol était rouge...
Les lames revinrent doucement vers le drône dans lequel, une minuscule fente s'ouvrit : les lames y pénétrèrent, silencieusement, presque de manière feutrée.

-Mais qu'est ce qui vous a pris Z'ker ? : Hurla Cherad' !
-Ami Cherad', je vous ai cru en danger.
-Ne faites plus jamais ça, compris ! Plus jamais !
-D'accord ami Cherad'...d'accord. Mais il semblerait que votre ami n'ait pas voulu vous recevoir. Voyez, si nous avions amené des fleurs, ce se serait sûrement mieux passé.

Cherad se retourna. Le drône était redescendu et était entouré d'un beau champ jaune...il riait !

-Allons Cherad', ce n'est pas la première fois que vous voyez celà.
-Justement Z'ker, justement. Je préfèrerais ne plus avoir à revoir celà.
-Vous vous êtes sali, ami Cherad'...

Cherad se regarda tant bien que mal. Il avait reçu du sang partout.
Sainte mère de Kazan ! On ne pouvait même pas en regardant les débris, dire s'il s'agissait bien de cinq hommes.
Cela aurait tout autant pu être cinq limachons, ces espèces de cochons croisés à des limaces géantes.

-Sortons Z'ker.

Ils s’éloignèrent de l’entrepôt. Le port fut bientôt en vue.
Cherad’ avait la gorge sèche, mais il décida de regagner son vaisseau au plus tôt.
Par chance il faisait nuit, et en rabattant les pans de son blouson, il était suffisamment présentable pour prendre un subtaxi.
Le drône quand à lui rentra par ses propres moyens…c’était préférable.
Ces drônes avaient une autonomie de déplacement sans pareille. Voler, même brièvement en des milieux dénués d’atmosphère, ne leur posaient aucun problème.

Z’ker l’attendait devant le Couguar.
Cherad’ rentra sans dire un seul mot, le drône à sa suite. Il se lava, et changea de vêtements.
Il y avait dans le vaisseau un petit emplacement, occupé anciennement par l'un des lanceurs d'engins longue-portée, que Cherad’ avait transformé en une sorte de cuisine, éxigue, mais une cuisine quand même. Enfin...Cherad’ se plaisait à le croire…
Il s’y installa, et demanda à Atzo de lui préparer un quelconque repas, pourvu que celui-ci fut chaud.
Le repas fut prêt en peu de temps, et Cherad' le prit directement dans le nano-ondes.
Il commençait à manger lorsque le drône fit discrètement son entrée.

-Ami Cherad’, vous semblez me tenir rigueur pour mon attitude de tout à l’heure.
-Non, ce n’est pas ça, Z’ker.
Cherad', calme, mastiquait avec lenteur.
-Je m’en voudrais de vous avoir contrarié, ami Cherad'..

Du drône émanait un champ vert profond. Il semblait réellement contrit.

-Z’ker, quelque fut l’attitude de ces hommes tout à l’heure, ils étaient dans leur droit, vous comprenez ? Dans leur droit. Pas nous, Z’ker, pas nous…
-Je sais, ami Cherad’, je comprends. Mais ils représentaient une menace, et je dois parvenir à Achenar .C’est très important, ami Cherad’…
-Ils ne représentaient aucune menace pour vous, voyons Z’ker, vous le savez bien !
-Pour moi non effectivement, mais pour vous ? Vous êtes celui a été choisi pour m’emmener à Achenar, sans vous je ne peux y aller. Je dois vous protéger tout autant que vous me protégerez des aléas de ce voyage, ami Cherad’

Tout étrange que fut ce discours, il était logique. Cherad’ n’avait rien à répondre à cela.

-Mais, Z’ker, pourquoi ne pas simplement leur avoir distribué une bonne dose d’étourdisseur, ou de vomitif ? Vous le pouvez, je le sais ! Alors pourquoi les avoir tués ?
-J’ai eu le temps d’y réfléchir lorsqu’ils s’approchaient de vous, ami Cherad’. Votre « effraction » aurait pu être signalée une fois que ces gardiens eurent récupéré, si…je les avais laissé vivre. Les ennuis auraient continué, ami Cherad’, et je pense que nous n’avons pas besoin de ce genre d’ennuis en ce moment.

Là encore, Cherad' n'opposa rien au raisonnement du drône.

-D’ailleurs je ne pensais pas cet endroit fut gardé, sinon je ne vous en aurais pas donné l’adresse, ami Cherad’.
-Que pensiez-vous donc…Z’ker ?
-Que votre ami aurait été plus facile à…joindre. Mais vos amis, ami Cherad’, m’ont l’air de personnes relativement inaccessibles. En tout cas, pour vous. D’ailleurs, cinq gardiens pour un modeste entrepôt...Ne trouvez-vous pas cela éxagéré ?
-Peu importe qu’ils aient été cinq, vingt ou mille. Ils sont morts, et pas de belle manière, n’est-ce-pas Z’ker ?
-La mort ne se distribue que rarement de belle manière, ami Cherad’. Vous le savez tout autant que moi.

Cherad songea à Arleer son ami, officier comme lui, sur cette planète si verte qu’ils avaient transformé en une boule de ruines et de cendres…comment s’appellait-elle déjà cette planète ?....Il n’arrivait pas à se souvenir du nom, il y en avait tellement eu… Il revoyait Alreer riant à gorge déployée au milieu de cette ville en ruines. Sa tenue de combat terne et grise se confondant avec tout ce qui les entourait…
-Regarde Cherad’ voici les semences de l’ordre nouveau, nous apportons la paix à la galaxie ! Et pour que cette semence prenne vie, ceci fera un bon engrais ! Continua-t-il en ramassant un bras humain et en le plantant au milieu d’un petit parc dont la terre, mille fois retournée fumait encore.
La main au bout du bras avait l’air de les saluer d’un gentil signe encourageant.
-Qu’en penses-tu Cherad’, sommes nous de bons jardiniers ?
Il était devenu fou, petit à petit, sans que personne ne s’en rende compte…il mourut peu de temps après, sous les tirs d’un drône qui l’avait pris pour un rescapé du carnage.
Personne ne le pleura, personne ne le regretta : Un fou au combat est un danger pour tous…


...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Aujourd'hui à 10:52

Revenir en haut Aller en bas
 
Star Citizen et nous 2.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Star citizen [PC]
» Star Citizen : Squadron 42
» Star Citizen : la config approximative pour faire tourner en high dévoilée
» Star Citizen sur PS4 ? Peut-être un jour...
» [Star Citizen] Arena Commander Multi-joueurs ouvert à tous les donateurs!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La taverne du Poulpe. :: Jeux à venir...? :: Online-
Sauter vers: