La Taverne de Sma et Cherad
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au fil...du vide.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24
AuteurMessage
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...
avatar

Masculin Nombre de messages : 2535
Age : 57
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Au fil...du vide.   Mer 25 Oct - 14:48

Je suis en train de "débloquer" les derniers ingénieurs me manquant.
J'avais fait une longue pause à ce sujet, déjà parce que les 15 ingénieurs que j'avais "débloqués" suffisaient largement à l'amélioration de mes vaisseaux, et ensuite....bin parce que c'est éminemment chronophage, voire lassant (farm et grind à outrance  pig ) voire casse bonbons une fois qu'on connait...

Ne m'en manque donc plus maintenant que 2, dont le très connu Professeur Palin....
Le seul, le vrai, l'unique, qui permet une amélioration jusqu'au grade 5 des propulseurs. (je n'ai que le grade 3 à ce jour)

Je ne dis pas que c'est ce qu'il y a de plus fascinant dans le jeu, mais je ne m'étendrai pas plus avant sur ce sujet bien trop polémique sur tous les forums...


....................


Une virée en zone dangereuse qui s'est conclue par une fuite plus que nécessaire. Une fois n'est pas coutume.  clown
Disons que mon Federal Gunship en a pris plein ses fesses et qu'il était temps (...petit navire...lalalala : Joke à 2 balles^^) de fiche le camp  vite fait  précipitamment !  

Plus de boucliers, 3% de coque...hum...un soir ou je ne devais pas avoir les yeux en face des trous.  albino
M'en suis sorti de justesse.





Par contre, je me suis fait défoncer mon Python hier soir.
En mission, celui ci s'est fait intercepter par un autre Python.
Je décide de le combattre, malgré le fait que mon Pyhton n'est que peu armé et défendu, car il ne me sert que pour les missions de transports.

Ça se passait bien jusqu'à l'arrivée soudaine de 3 autres vaisseaux...
Aïe me dis-je in petto, me voilà avec 4 gaillards sur le poil.
Pas eu le temps de réfléchir plus, mon Python qui était encore avec les 2/3 de ses boucliers et une coque intacte, s'est retrouvé en 1 ou 2 secondes sans boucliers aucun et avec 45% de coque.
La seconde d'après...Il était détruit.

Malgré mon âge canonique, j'ai encore de bons réflexes, mais là j’avoue ça été tellement vite que je n'ai même pas pu voir qui étaient ces 3 autres vaisseaux.
J'ai eu le temps de voir une volée de missiles dans ma tronche et puis zoup...a plus Pyhton !  



Ah, ça c'est le côté du jeu que j'adore !  



Santé !

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...
avatar

Masculin Nombre de messages : 2535
Age : 57
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Au fil...du vide.   Ven 27 Oct - 2:50

Hum....
En fait je m'étais planté comme un gros naze.
Des ingénieurs, il m'en "manquait" 5 sur 20, et pas 3.

Bah...L'abus d'alcool est dangereux pour la santé...kidisent...ou alors je suis sénile sans m'en âtre aperçu. :yav:
Eh eh, allez savoir ?!

Bref, j'en ai eu 2 de plus, et suis invité par les 3 autres.
Je fais ça à la cool, tranquille et sans bourrer comme précédemment.

J'en profite également pour toujours essayer de nouvelles configs d'armes sur mes vaisseaux.
Mon Asp explorer, dont je me sers plutôt pour chasser que pour explorer quoique ce soit, en a bénéficié.
Un nouveau système d'armement dont je suis finalement très satisfait et qui lui permet de shooter en zone dangereuse avec une ardeur non dissimulée et non dissimulable.
Sympa.  





...Et accessoirement pour dépasser le milliard en monnaie sonnante et trébuchante.
Ça me sert foutrement à rien, mais bon le pognon rentre, vais pas le refuser quand même, non ?!!

-----------------------------------



Une vue dont je ne me lasse pas :
Carter Vinson rentrant son chasseur Gu dans dans mon Anaconda. (vue du dessous du dit Anaconda^^)






La Nature à l’Homme


Dans tout l'enivrement d'un orgueil sans mesure,
Ébloui des lueurs de ton esprit borné,
Homme, tu m'as crié : « Repose-toi, Nature !
Ton œuvre est close : je suis né ! »

Quoi ! lorsqu'elle a l'espace et le temps devant elle,
Quand la matière est là sous son doigt créateur,
Elle s'arrêterait, l'ouvrière immortelle,
Dans l'ivresse de son labeur?

Et c'est toi qui serais mes limites dernières ?
L'atome humain pourrait entraver mon essor ?
C'est à cet abrégé de toutes les misères
Qu'aurait tendu mon long effort ?

Non, tu n'es pas mon but, non, tu n'es pas ma borne
A te franchir déjà je songe en te créant ;
Je ne viens pas du fond de l'éternité morne.
Pour n'aboutir qu'à ton néant.

Ne me vois-tu donc pas, sans fatigue et sans trêve,
Remplir l'immensité des œuvres de mes mains ?
Vers un terme inconnu, mon espoir et mon rêve,
M'élancer par mille chemins,

Appelant, tour à tour patiente ou pressée,
Et jusqu'en mes écarts poursuivant mon dessein,
A la forme, à la vie et même à la pensée
La matière éparse en mon sein ?

J'aspire ! C'est mon cri, fatal, irrésistible.
Pour créer l'univers je n'eus qu'à le jeter ;
L'atome s'en émut dans sa sphère invisible,
L'astre se mit à graviter.

L'éternel mouvement n'est que l'élan des choses
Vers l'idéal sacré qu'entrevoit mon désir ;
Dans le cours ascendant de mes métamorphoses
Je le poursuis sans le saisir ;

Je le demande aux cieux, à l'onde, à l'air fluide,
Aux éléments confus, aux soleils éclatants ;
S'il m'échappe ou résiste à mon étreinte avide,
Je le prendrai des mains du Temps.

Quand j'entasse à la fois naissances, funérailles,
Quand je crée ou détruis avec acharnement,
Que fais-je donc, sinon préparer mes entrailles
Pour ce suprême enfantement ?

Point d'arrêt à mes pas, point de trêve à ma tâche !
Toujours recommencer et toujours repartir.
Mais je n'engendre pas sans fin et sans relâche
Pour le plaisir d'anéantir.

J'ai déjà trop longtemps fait œuvre de marâtre,
J'ai trop enseveli, j'ai trop exterminé,
Moi qui ne suis au fond que la mère idolâtre
D'un seul enfant qui n'est pas né.

Quand donc pourrai-je enfin, émue et palpitante,
Après tant de travaux et tant d'essais ingrats,
A ce fils de mes vœux et de ma longue attente
Ouvrir éperdument les bras ?

De toute éternité, certitude sublime !
Il est conçu ; mes flancs l'ont senti s'agiter.
L'amour qui couve en moi, l'amour que je comprime
N'attend que Lui pour éclater.

Qu'il apparaisse au jour, et, nourrice en délire,
Je laisse dans mon sein ses regards pénétrer.
- Mais un voile te cache. - Eh bien ! je le déchire :
Me découvrir c'est me livrer.

Surprise dans ses jeux, la Force est asservie.
Il met les Lois au joug. A sa voix, à son gré,
Découvertes enfin, les sources de la Vie
Vont épancher leur flot sacré.

Dans son élan superbe Il t'échappe, ô Matière !
Fatalité, sa main rompt tes anneaux d'airain !
Et je verrai planer dans sa propre lumière
Un être libre et souverain.

Où serez-vous alors, vous qui venez de naître,
Ou qui naîtrez encore, ô multitude, essaim,
Qui, saisis tout à coup du vertige de l'être,
Sortiez en foule de mon sein ?

Dans la mort, dans l'oubli. Sous leurs vagues obscures
Les âges vous auront confondus et roulés,
Ayant fait un berceau pour les races futures
De vos limons accumulés.

Toi-même qui te crois la couronne et le faîte
Du monument divin qui n'est point achevé,
Homme, qui n'es au fond que l'ébauche imparfaite
Du chef-d'œuvre que j'ai rêvé,

A ton tour, à ton heure, if faut que tu périsses.
Ah ! ton orgueil a beau s'indigner et souffrir,
Tu ne seras jamais dans mes mains créatrices
Que de l'argile à repétrir.


Louise Ackermann



Santé !

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...
avatar

Masculin Nombre de messages : 2535
Age : 57
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Au fil...du vide.   Mar 31 Oct - 13:09

voili voilou...Débloqué 19 ingénieurs sur 20 dont le professeur Palin qui me permet, enfin, d'upgrader les propulseurs jusqu'au grade 5.
Ne me manque plus que Bill Turner, mais j'ai un peu la rame en ce moment de miner 50 tonnes de "bromélite"...


Le site d'un crash alien (+ un T9 et deux Anaconda) sur lequel j'ai pu trouver les "fragments inconnus" dont visiblement Palin raffole au petit déjeuner... Cool

D'd'jiu de $%*! de "farmgrinding" !!!









Santé !

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au fil...du vide.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au fil...du vide.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 24 sur 24Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24
 Sujets similaires
-
» [Horde] Vide-grenier de la maison Vertsoleil
» problème flux rss "paramètres non vide"
» Vos achats vide grenier
» [Vente][W40K] Vide grenier de Luis
» [Vente] Vide Grenier du Salgin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La taverne du Poulpe. :: L'espace... Enfin, les étoiles qui brillent dans les yeux des enfants, voyez ? :: Elite dangerous-
Sauter vers: