La Taverne de Sma et Cherad
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Star Citizen et nous 2.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 5:23

Cherad' passa les sas du Couguar...bruyamment.
Il s'écroula sur le sol juste derrière le dernier sas.
Relevant la tête, il vit Z'ker arriver vers lui.

-Hum, voilà notre ami Cherad’ dirait-on : Fit le drône dont le champ jaune commença à se manifester.
*Oui Z’ker. Cheradenine est de retour…*

Cherad' tenta de fixer le drône.
-Aaah très cher Z’ker, quelle horreur…euh…bonheur de vous voir séant !
-Tout va bien, ami Cherad’ ?
-Tout va pour le mieux…dans le meilleur des mondes...Ô fils prodigue.
-Fils...?! Ami Cherad' qu'est-ce donc là ?
-Bah, cher Z'ker, ne sommes nous pas vos progéniteurs ?
-En quelque sorte ami Cherad, en quelque sorte... Voulez vous que je vous aide ?
-Non merci Z'ker, ça ira : balbutia Cherad' en se relevant péniblement.

S'aggripant fermement aux cloisons, Cherad' arriva tant bien que mal à l'entrée de la cuisine. Là, il marqua un temps d'arrêt...

*Vous devriez l'asseoir puisque vous êtes là Z’ker, d’habitude j’ai beaucoup de mal à le faire. En général, je bascule le vaisseau en tous sens et ça suffit pour asseoir notre ami Cheradenine…ou le coucher, c’est selon…*

Z’ker émis un léger champ anti-gravitationnel, et emmena doucement Cherad’ jusqu’au siège le plus proche.

-Je vole !!!

*Bien la première fois qu’il s’en rend compte…* marmonna Atzo

-Alors ami Cherad’, étaient-elles bonnes ces bières ? Le champ jaune éclairait désormais toute la cuisine.

-Divines ami Z’ker. Divines...!

*Mmm... Dommage "qu’ils n’aient" pas inventé la bière sans alcool.*

-Bière sans alcool ? Terribles paroles que tu viens de prononcer là Atzo ! Ne blasphème pas !
-Hum…Il serait peut être préférable de coucher notre ami Cherad’, n’est ce pas Atzo ?
*Oui, cela vaudrait mieux pour lui…et pour nous. J’ai les circuits auditifs saturés !*
-Je l’emmène Atzo : Fit Z’ker.
*D’accord, je vais prévenir la sécurité que nous partons. Inutile de rester là, ou tel que je vois la suite, la station va exploser sous les ronflements de Cheradenine*

Le couguar se présenta devant le sas du dock 3.

# Sortie autorisée. Bon voyage...Où est-il ce Cherataninine ? Bon voyage vieux frère ! # : Entendit-on en arrière fond…

*Je plains le futur propriétaire du K 905…*

Le cougar quitta la station Aëolz .
Atzo lui fit prendre la direction du trou de ver.

------------------------------------------------------------------------------------

-Grmblll…
Cherad’ revêtu de son vieux peignoir élimé, pénétra dans la minuscule cuisine.
Z’ker, en suspension à côté de l’un des deux sièges, nimbait le lieu d’un champ violet…compatissant.

-Hum, ami Cherad’, tout va bien ?
-Pffffffou…
-Certes ami Cherad’, je vois…
-Pfff…La tête, mal à la tête…
-Ah, je comprends ami Cherad’, je comprends…
-Mmgrmbllmm … Z’ker, Qui m’a déshabillé ? Demanda Cherad’ en tentant de viser le siège et de s’asseoir…dessus.
-Et bien ami Cherad’ j’ai…oups, attention ami Cherad’, vous alliez tomber.

Le drône actionna légèrement, très légèrement, un champ anti-gravitationnel…
Cherad’ parvint à s’asseoir sans se rendre compte que Z’ker y était pour quelque chose.

-Donc ami Cherad, comme je vous le disais, je me suis permis de vous dévêtir avant de vous coucher.
-Hum…merci Z’ker.

*Ca, j’aurais pu essayer de tourner le vaisseau dans tous les sens, je n’y serais pas arrivé ! Et… bonjour Cheradenine*
-‘Lut Atzo… « bouger le vaisseau » ? On est … dehors ?
*Si vous entendez par "dehors", « sortis de la station », alors oui Cheradenine, nous sommes dehors. En route vers les vastes étendues de l’espace et à la recherche des profonds mystères de l’univ...*
-Oh, ça va Atzo ! Pourrais-tu te mettre en veilleuse…deux minutes, s’il te plaît ? Et peux tu également me servir un café, s’il te plaît ?
*Si je me mets en veilleuse, je ne pourrai vous faire de café Cheradenine, soyez logique…*
-Bon alors le café avant, et la veilleuse après…
*D’accord Cheradenine, et…le café il est dans le distributeur où attend depuis des lustres votre tasse, que Z’ker a eu la gentillesse de poser là, tandis que moi je préparais ce fameux café…*
-Z’êtes gentils…de vraies mères poules : Fit Cherad’ en attrapant la tasse duquel fumait le café bien chaud.
*Côt côt côt…*

Cherad but ce café, puis un autre, puis…encore un autre.
Atzo, dont l’habitude de ce genre de situation se faisait sentir, avait préparé un nano-reconstituant. Cherad’ avala le tout.

-Bon Atzo, ou sommes nous ?
*Nous sommes en route vers le trou de ver 254-4, Cheradenine*
-Avons-nous passé Dertonis ?
*Non, pas encore Cheradenine*
-Ok. Dès que nous y serons, nous nous mettrons en orbite autour. As-tu pu te familiariser avec les gatling, Atzo ?
*Le programme est très simple Cheradenine, aucun problème.*
-Pas de soucis côté stabilité ?
*J'ai compensé, Cheradenine. La corvette supporte très bien ce surplus de poids aux extrémités latérales.*
-D'accord Atzo. Euh...bon, je vais me doucher, essaye de pas trop faire valser le vaisseau...
*Je vais le manœuvrer avec une telle douceur que vous aurez l’impression de faire du sur-place, Cheradenine*
-Mouais…

Cherad se leva, grommela quelque chose d’inintelligible et disparut en direction de la douche…

...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 5:24

Hum…Fit Z’ker. Il semble très difficile de…communiquer avec notre ami Cherad’ lorsqu’il se lève, n’est-ce-pas Atzo ?
*Oui Z’ker...difficile… étant un euphémisme. Mais vous verrez, dès qu’il aura pris sa douche et bu encore deux ou trois rasades de son café, il sera de nouveau…apte*
-Ces humains sont fascinants, ils sont parfois capables, de prendre des décisions et d’agir avec une irréelle rapidité et parfois de n’être absolument plus bons à rien. Ce ne doit pas être facile pour vous de partager ces brusques changements ? D'un champ jaune léger...
*Oh, il y a aussi des côtés de son caractère très agréables, Z’ker.*
-Ah bon ?
*Oui, quand il dort par exemple*
-C’est fini, oui ? Demanda Cherad’ se séchant la tête et vêtu seulement d’un vieux peignoir.
-Vous voilà donc revenu en état ...d’aptitude, ami Cherad’ ?

Le champ jaune se renforçait de seconde en seconde.

*Bon retour dans le monde des vivants Cheradenine !*
-Au lieu de faire le malin Atzo, scanne un peu les environs, s'il te plaît.
*C'est déja fait Cheradenine, il n'y a rien.*
-Rien ?
*Oui, Cheradenine. Rien.*
-Même pas un transport ?
*Non Cheradenine, je vous disais rien, et rien…c’est rien…Cheradenine .*
-holàla ! Mal embouché ou quoi ce matin ?
-Euh, quel matin ami Cherad’ ?
-Oui bon...Il y a bien un endroit où ce doit être le matin, non ?
*Sûrement Cheradenine*
-Bien, alors c’est le matin. D’ailleurs lorsque je me lève ça ne peut être que le matin !
*Entendu Cheradenine...*

Le ton doux et poli que venait d’employer Atzo finit par faire rire Cheradenine.
Il retourna à la cuisine et termina le café, tout le café...
Pensif, il resta assis. Z'ker vint le rejoindre et se positionna avec douceur sur l'autre siège.
Observant Cheradenine, il cherchait des traces visibles des réparations que ce dernier avait du subir. "Réparations", il n'y avait pas d'autres termes.
Cherad' de taille moyenne était trapu, il semblait encore solide, c'est ce qu'on remarquait en 1er.
De rares cheveux bruns presque entièrement parsemés de gris et de blanc, une mince barbe du même mélange.
Il brulait d'envie de lui demander plus en détail ce qui avait été "réparé" en lui. Mais il n'osait pas. Pourtant cet humain l'intéressait, il dénotait de ceux qu'il avait pu cotoyer jusqu'alors, du moins depuis son accesssion à la conscience. Mais il l'intimidait dans le même temps, sans même qu'il arrive à en percevoir la raison profonde.
Z'ker était satisfait, content même, de se trouver avec cet humain. Il devinait que Cheradenine le protégerait quoiqu'il arrive. Il se promit d'en faire autant, ne trouvant là encore, aucune raison autre que logique, à cette pensée pourtant bien plus forte en émotions qu'en raisonnement.

-Peux-tu remonter un peu le chauffage Atzo, s’il te plaît ? J’ai un peu froid tout à coup.
*Bien sûr Cheradenine*
-Ami Cherad’… ?
-Oui Z’ker.
-Vous êtes toujours en peignoir…
-Euh… Oui Z’ker, vous avez raison. Je m’étonnais aussi d’avoir froid.

Cherad' se leva et sortit de la cuisine. Z'ker resta là, en suspension au dessus de ce petit siège, dans cette petite cuisine qu'il commençait à apprécier.
Il suivit les déplacements de Cherad' grâce à ses capteurs et éprouva une onde de contentement lorsqu'il sentit ce dernier revenir dans la cuisine.

-Bien sûr, plus de café...grommela-t-il en s'asseyant.
*J'en prépare un nouveau pot, Cheradenine*
-Merci Atzo. Où sommes nous exactement ?
*Je vous envoie la carte sur le moniteur, Cheradenine. Nous sommes en 45-78-897 secteur A23.*
-Hum...Voyons voir...Quelle est cette référence en 45-78-852 Atzo ?
*Un astéroide classe 4 Cheradenine.*
-Bien bien...Allons-y Atzo, tu nous positionneras à 50 k environ.
*Entendu Cheradenine, c'est parti...*

Cherad' but le café, se leva et se retournant, décida de remplir un nouveau verre qu'il emmena avec lui.

-Venez Z'ker, nous allons essayer ces gatling. Mieux vaut juger de l'efficacité de ces nouveaux lance-boulettes maintenant que trop tard.
-Pensez-vous que ce genre d'arme est efficace ami Cherad' ? N'importe quel bouclier est capable d'arrêter des projectiles solides...
-Nous verrons Z'ker, nous verrons...


...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 5:25

La corvette vibra une dernière fois lorsque les Gatling se turent.

-Bien. Atzo, comment se comportent les ailerons ?
*Ca va Cheradenine, j'ai été obligé de compenser, mais maintenant que j'ai modifié mes programmes structurels en conséquence, nous ne devrions pas avoir de problèmes*
-Combien avons-nous consommé de munitions ?
*Un container sur quatre, Cheradenine.*
-Ouch ! Ca part vite...Bon Atzo, nous quittons l'endroit. Direction...

Cheradenine afficha différentes cartes sur l'un des moniteurs de la console de pilotage.

-Nous allons éviter les routes commerciales. Je suggère déja de nous rapprocher d'Encegure, qu'en penses-tu Atzo ?
*Bonne idée Cheradenine, mais il nous faudra emprunter le 587-6, et il n'est guère stable.*
-Je sais...Essayons quand même. Une fois en vue du 587-6, nous aviserons.
*Entendu Cheradenine, je trace un itinéraire*
-Je te laisse faire Atzo. Propulsion ionique uniquement.
*Entendu Cheradenine.*

-Les routes commerciales sont-elles dangereuses, ami Cherad' ?
-Non Z'ker. Enfin pas dans le sens que je devine à votre question...Elles sont encombrées, voilà tout.
-Encombrées ?
-Oui. Disons qu'on y croise du monde, un peu trop de monde. Mieux vaut passer par les bordures car plus nous nous rapprocherons du centre, plus nous risquons d'être confrontés aux indiscrets de tout poil.
-"De tout poil" ami Cherad' ?
-Oui, de toute nature, si vous préférez.

Z'ker, en suspension au dessus du siège de l'armurier, était entouré d'un léger champ bleu pâle parcouru de frissons oranges.
Cherad' se demanda à quoi pouvait bien songer le drône.
Depuis le départ de l'astéroïde, ils n'avaient pas quitté leur sièges respectifs. Le poste de pilotage était agréable...

-Ami Cherad, puis-je vous poser une question ?
-Je vous en prie Z'ker, de quoi s'agit-il ?
-Pourquoi la race humaine est-elle encore soumise à la mort ?

Cheradenine se tourna vers le drône.

-Euh, comment ça Z'ker ?
-Et bien, avec tous les progrès dont a bénéficié votre espèce, tout ce chemin parcouru, vous humains, n'avez finalement pas résolu cet implacable destin. Comment celà se fait-il ? Pourquoi ne pas avoir créé des clones avec les possibilités innombrables qu'il en aurait découlé ? Pourquoi même ne pas vous être servis des IA pour sauver au moins vos consciences, vos esprits ? Pourquoi la médecine n'a-t-elle finalement pas résolu ce problème ? Pourquoi votre espérance de vie est-elle finalement aussi courte ? Pourquoi n'y-a-t-il pas de...
-Holà Z'ker, doucement. Ne vous emballez pas !
-Pardon ami Cherad'...Mais depuis mon accession à la conscience, j'ai étudié comme je l'ai pu l'histoire humaine et n'ai rien réellement découvert à ce sujet. Visiblement vos scientifiques étaient parvenus à de fantastiques résultats, et...et les choses ne semblent pas être ce qu'elles devraient être !
-Je vois Z'ker, je vois....Vous m'excuserez, mais il m'arrive parfois d'oublier que si vous avez plus de six fois mon âge, vous n'êtes pleinement conscient que depuis peu, en fin de compte.
-Hélas ami Cherad', hélas. J'ai étudié, mais l'étude sans débat ne vaut pas grand chose, voyez-vous ?
-Je comprends Z'ker. Je pensais que ces quelques années auprès de Jen avaient déja pu vous apporter des réponses.
-J'ai eu des réponses ami Cherad', mais pas de cet ordre. En fait, Jen ne parlait que peu de tout ça, en tout cas pas avec moi.
-Vos questions soulèvent une masse de réponses, Z'ker...
-Je le sais ami Cherad', et je suis désolé vous de les avoir présenté si soudainement. Mais vous me semblez plus ouvert que les humains que j'ai pu voir jusqu'à maintenant. Vous avez cotoyé des drones, même si ce fut dans de terribles circonstances, alors si je n'arrive pas à trouver ces réponses avec vous, avec qui le pourrai-je ?
-Vous accordez là, une bien grande importance à mon savoir Z'ker. Et même si j'en suis gentiment flatté, il ne faut pas vous faire trop d'illusions. Je suis loin de pouvoir tout expliquer.
-Je pense que vous pouvez m'expliquer ce genre de choses, ami Cherad'. Vous pouvez me donner vos avis, mais encore plus, vos sentiments.
-Et pourquoi donc moi, Z'ker ?
-Parce que vous avez souffert, ami Cherad'.

Cheradenine resta sans voix.
Il baissa involontairement les yeux.
Sa mémoire lui ramena la souffrance.
La sienne déja. Lorsqu'il s'était réveillé une première fois et qu'il s'était aperçu qu'il ne pouvait plus bouger, qu'il ne pouvait plus voir, qu'il ne pouvait plus entendre ni parler, qu'il se demandait en fait si cette légère étincelle était la conscience du réveil ou le rêve. C'était le réveil, sinon d'où aurait pu venir cette souffrance qui lui vrillait le cerveau...
Il se reprit.
Le drône était entouré d'un kaléidoscope de couleurs : Confusion.

-Calmez-vous Z'ker : Fit Cherad' en souriant.
-Je...je suis allé trop loin ami Cherad', je suis navré. Je ne sais comment réparer tout cela. Veuillez m'excuser.
-Non Z'ker, non...

Cherad' calma son coeur. Il venait de songer que les capteurs du drône devaient analyser ses battements et qu'il avait du en conclure que l'humain était plongé dans un état de choc par sa faute.

-Ne soyez pas inquiet Z'ker. Vous savez, il nous arrive aussi à nous, humains, d'être surpris. Vous m'avez surpris, voila tout. Nous n'allons pas en faire un mélodrame.
-Ami Cherad', oublions ces questions, je suis réellement navré.
-Bah. Les questions méritent des réponses Z'ker. C'est là le propre des questions. "Arrachez vos questions au terreau où elles ont germé, et vous verrez pendre leurs racines : D'autres questions." Je crois qu'il va me falloir vous faire un petit résumé au sujet de vos interrogations, Z'ker. Ce sera plus simple que de tenter d'y répondre une par une. Par la suite, vous jugerez des points qui pourraient vous sembler contenir encore des parts d'obscurité. Etes-vous d'accord ?
-Oui ami Cherad', plutôt deux fois qu'une.

La machine de combat attendait. Elle attendait comme un enfant. Distinguer une direction non pas dans l'obscurité, mais dans une lumière tellement aveuglante qu'elle obturait toute possibilité de voir.


...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 5:25

-Si vous deviez résumer par une seule question, Z'ker, laquelle serait-ce ?
-.............Voilà ami Cherad' : Pourquoi malgré le niveau scientifique élevé qu'a atteint votre espèce, la mort fait-elle encore partie de votre réalité ? Et...accessoirement, pourquoi votre espérance de vie n'est-elle finalement pas plus longue ?

Cheradenine se tourna plus encore vers le drône. Il cala ses jambes sur la console centrale, ce qui fit naître un murmure de réprobation dans le système audio de la corvette : Atzo n'appréciait guère...

-En fait, Z'ker, l'humain avait envisagé plusieurs possibilités pour conserver le plus longtemps possible son individualité, sa conscience, son moi, face à la mort.
On crut que ce fut possible il y a bien longtemps, lorsque les scientifiques finirent par dresser la carte complète du génome humain. Sachant que les corps ne pouvaient résister à l'usure du temps, l'espoir était de cultiver des clones de notre espèce, clones dans lesquels les consciences d'êtres vivants mais vieux, pourraient être transférées, leur assurant par la même une deuxième "vie", voire plus, si le processus pouvait être répété à l'infini.
On commença par aller au plus simple : La chirurgie. Déplacement du cerveau et greffe sur un clone. Echec total. Soit le cerveau ne pouvait contrôler le nouveau corps, même si les toutes phases chirurgicales avaient semblé parfaites, soit le nouveau corps le rejetait, soit l'un des deux "mourrait" sans aucune explication.
On fit l'essai avec de jeunes cerveaux, pensant que plus l'original était vieux plus il était fragile ou inapte à être transféré. Là, vous avouerez que l'idée de base commençait à perdre son sens premier : Transférer un jeune cerveau sur un clone ne rimait plus à grand chose...De toute façon, ce fut encore un échec.
Parallèlement on tenta de laisser le cerveau seul, mais préservé et nourri en permanence dans des conditions identiques à celles d'un hôte humain.
Là encore, le cerveau mourrait. De plus, malgré toute la science disponible en divers domaines, il semblait impossible de redonner au cerveau des organes pouvant lui permettre de retrouver les contacts essentiels avec son environnement. Le corps humain, que l'on prenait pour une machine complexe certes, mais dont on pensait pouvoir se passer, était en fait incopiable mais surtout indispensable. Des milliards d'années d'évolution, hasardeuse ou non, pour arriver à des espèces aussi performantes que la nôtre, ne pouvaient être aussi aisément reproduites en si peu de temps.
Le cerveau, siège de la conscience, ne pouvait espérer continuer vivre sans son corps original.
Ca paraissait illogique, mais c'était pourtant la réalité. Rien ne vint contredire cet état de fait, l'échec était patent.

On continua donc avec l'espoir de transplanter la conscience d'un être, mais sans son cerveau original.
Vider le cerveau de sa conscience, ou au mieux, la copier.
Cela demandait donc le transfert de ladite conscience du cerveau déja vieux vers un autre plus jeune et soi-disant vierge, ce qui resterait encore à prouver... mais là n'est pas le sujet, même s'il est déja en lui même porteur de vives inquiétudes... Bref, vous remarquerez déja que c'eut été le contenu d'un cerveau déja atteint par l'âge...avec toutes les pertes que ça supposait. Au mieux, un tel transfert aurait du être effectué au moment où le donneur était dans l'âge mûr et non à la fin de sa vie. Même si cela eut été possible, le donneur se serait certes retrouvé dans un nouveau cerveau, mais revenu x années en arrière. Il lui aurait donc fallu refaire tout le chemin manquant de l'âge mûr jusqu'à l'âge dit de sagesse et arrivé à ce terme...recommencer le processus en ayant eut soin de procéder à une sauvegarde dès le début de sa seconde existence etc.....Moins que de parler d'immortalité, et encore moins d'une autre vie complète, cela aurait plutôt été une expérience à mi-chemin entre les deux, avec la confusion mentale que ça aurait pu apporter. Confusions au pluriel devrais-je même dire.
L'intêret n'était pas si évident que ça, même si de prime abord il semblait l'être. Revivre éternellement la période de l'âge adulte à la vieillesse...drôle d'immortalité.
Au mieux, ça pouvait espérer permettre de revivre à chaque fois cette période d'une manière différente de la précédente, et au pire tenter de refaire obstinément ce qui avait déja été fait.
Ce fut quand même tenté, car il s'agissait là après tout, d'une forme d'immortalité. Certains avancèrent même l'idée de faire transférer le contenu de leur cerveau dès le plus jeune âge, ce qui par contre souleva un autre débat, mais il n'est guère important d'en faire état pour le moment.
Bref, les scientifiques se remirent à l'ouvrage, avec comme seul résultat : Un nouvel échec.
Il était impossible de transférer une conscience au complet. Le passage vers l'informatique ne résolvait rien, ni les tentatives de dualité, de cohabitation ou toutes autres symbioses imaginables. Quelques copies partielles arrivaient à être menées à bon terme, mais partielles seulement. Les scientifiques travaillèrent plus de dix siècles sur ce processus, sans jamais arriver à une conclusion satisfaisante.
La conscience "refusait" absolument de se laisser "copier" dans un autre système, qu'il soit biologique, informatique ou même symbiotique. Il manquait quelque chose, et c'est un euphémisme de le dire !
Les quelques résultats donnèrent des clones que l'on pouvait juger comme étant complètement "détraqués", si vous me permettez cette expression. Des quarts, que dis-je, des centièmes d'êtres conscients. Sans possibilité d'avoir une conscience propre et n'ayant comme seule identité que le minuscule pourcentage d'une autre.
Non, la science fiction du vingtième puis du trentième siècle nous chantant les jours glorieux où l'on pourrait vivre éternellement et aller aux confins de l'univers tout en y rencontrant des millers d'autres espèces au moins égales ou plus évoluées que nous, s'était plantée. Et sévèrement.

-Sait-on pourquoi ce transfert échoua, ami Cherad' ?
-Non Z'ker. Par contre, cela redonna de la vivacité à toutes les formes de religion, croyez-moi ! Et ce fut là le côté diabolique de ce piètre résultat.

-Pourquoi "refusait" ami Cherad' ? Pourquoi parlez-vous au passé ?
-Hum....Vous me dites avoir été conçu peu avant la rébellion Sunchanne Z'ker, n'est-ce pas ?
-Oui ami Cherad'.
-Mais vous ne pouvez vous souvenir de cette rébellion, car si j'ai bien compris vos souvenirs réels en tant qu'être conscient ne remontent qu'à peu de temps, c'est cela ?
-Oui ami Cherad'. Mes premiers souvenirs datent du conflit tripartite. Mais ils sont vagues, déformés, fragmentaires.
-Comme ceux d'un enfant, Z'ker.
-C'est ce que j'avais cru comprendre ami Cherad'. J'avais des zones mémorielles bien sûr. Mais ces zones de programmes et d'apprentissages accumulés depuis plus de six cents ans ont été effacées. Je pense que ma nouvelle conscience avait besoin de "place" et qu'elle a utilisé ces zones en y effaçant tout ce qui était antérieur.
Par contre, je conserve toutes les données propres à mon fonctionnement.
-Comme chez un humain, Z'ker. Acquis et conscient. Le processus est presque le même pour nous. Un nouveau né fonctionne de manière acquise, mais se forge une conscience au fur et à mesure. A la différence peut être, que notre cerveau grandit, construit, structure et protège les connexions qui vont se développer au fil du temps.
-Oui je vois, ami Cherad'. Mon "cerveau" ne s'est pas construit dans le temps, il était déja construit. Mais il a été ré-utilisé en quelque sorte.
-Oui. D'ailleurs avez-vous une idée de la taille supportable ?
-Non ami Cherad'. Jusqu'à présent, rien de ce que j'ai appris n'a disparu. Je ne ressens pas de blocage, enfin pas encore...J'ai calculé l'étendue possible de mon cerveau par rapport à celui d'un humain, et il semble que le mien soit de nature très inférieure en quantité. Pour peu que l'on puisse exactement mesurer la capacité de celui d'un humain...Par contre, toutes les zones de mon cerveau sont utiles à 100%, ce qui je crois, n'est pas le cas d'un humain.
-C'est un sujet assez...délicat, Z'ker...Bref, aucun souvenir de la rébellion Sunchanne.
-Non ami Cherad', aucun.
-"Refusait" car ce fut la rébellion Sunchanne qui mit fin une bonne fois pour toute à ces recherches. La conscience ne refuse plus, car...plus personne n'est maintenant autorisé à poursuivre de telles recherches.
-Plus personne ? Cela semble difficile à vérifier dans les faits je présume ?
-Oui, bien sûr. Mais officiellement ce genre de recherche est désormais condamnée et...très sévèrement.
-Que s'est-il passé ami Cherad' ?

Cherad' bascula sa tête contre le dossier du siège.
Les yeux au plafond, il resta muet quelques instants.
Il finit par se retourner vers Z'ker.

-Disons pour simplifier les choses, que les Sunchannes étaient parvenus à créer "quelque chose" dans ce domaine. Un résultat qui leur valut de la part des autres sytèmes un diktat absolu et une demande impérative de cesser immédiatement leurs travaux.
-Quelque chose qui a effrayé tout le monde, c'est cela ami Cherad' ?
-Oui Z'ker, visiblement. Je ne peux en dire plus car cela se passait il y a six cents ans et les données exactes ont toutes été mises au secret le plus absolu.
-D'autres pourraient donc poursuivre ces recherches, ami Cherad' ?
-"Pourraient", je ne sais pas Z'ker. C'est factuellement possible, mais si j'en crois le peu qui a filtré jusqu'à notre époque, les recherches Sunchannes avaient fini par mettre en péril l'essence même de la vie. Alors, si cela est vrai, je doute que ces travaux soient un jour de nouveau sous l'oeil des scientifiques. Pour que des sytèmes entiers, gouvernements, groupes, religions etc...qui n'avaient jamais su auparavant se lier, se concerter, s'entraider, en viennent à combattre ensemble, c'est qu'il y avait là quelque chose qui fichait une sacrée frousse à tout le monde.
-Et, ami Cherad' ?
-Et...Les Sunchannes refusèrent le diktat. Ils entrainèrent d'autres sytèmes avec eux et se rebellerent. Ce qui amena la premier grand conflit spatial connu, le deuxième étant le conflit tripartite. La rébellion Sunchanne, vit la perte de tellement de systèmes et de vies, qu'un cinquième environ de l'humanité existante disparut.
Contrairement au conflit tripartite qui dura 12 années standards, la rébellion sunchanne ne dura elle que 2 années. Mais ce furent deux années de destructions implacables. Conflit idéologique...Les Sunchannes se battaient tous azimuths, y compris par le biais d'attentats monstrueux. Ce fut d'ailleurs pour cette raison qu'on mit au point les drônes de protection dont vous faites...vous fîtes partie, Z'ker.
-Que devinrent les Sunchannes ami Cherad' ?
-Néant Z'ker. Néant. Ils furent exterminés, tous. Les planètes qu'ils avaient colonisé furent stérilisées de toute présence humaine. Les rescapés furent massacrés jusqu'au dernier. S'il y eut des survivants, plus personne n'a jamais entendu parler d'eux...
-L'effet fut donc plus important que la cause alors, ami Cherad' ?
-On pourrait le penser, effectivement. Même si nous n'avons jamais su ce que les Sunchannes avaient trouvé ou réalisé, il n'en demeure pas moins que des milliards d'êtres innocents ont péri par la faute de quelques-uns.
-Mais pourquoi, ami Cherad ? Pourquoi à ce point ?
-La frousse, Z'ker. C'eut du être une terrible peur que parmi les rescapés il puisse rester des scientifiques...Alors personne n'a voulu courir le moindre risque, semble-t-il...
-Et vos sentiments, ami Cherad' ?
-L'absurdité Z'ker. Je ne ressens qu'absurdité face à tout cela. Que l'humain cherche encore le saint Graal, passe encore. Mais que cette quête, bien longtemps après l'originale qui fut déja à son époque responsable de bien trop de souffrances, puisse un jour revenir entrainant avec elle une somme telle de destructions qu'elle finisse par menacer les fondements même de la vie, non. Que ce soit de la part des Sunchannes ou de leurs exécuteurs, non. Rien ne vaut que l'on arrive à ça Z'ker, rien. C'est malheureusement quelque chose que je ne découvrirais à mon tour que durant le conflit tripartite dans lequel je ne fus moi même qu'un simple pion. Un pion porteur de destruction, comme le furent tous les pions précédents de mon espèce à travers les âges.

Z'ker nimbé d'une aura grise ne dit plus rien.
Cheradenine regarda de nouveau le plafond du poste de pilotage.
A l'extérieur, les étoiles défilaient, sans pouvoir retenir l'attention des occupants de la corvette qui filait à 0.60 de la S-L.

Le champ du drône vira doucement à l'orange pâle, nuancé de bleu clair.

-Et votre espérance de vie, ami Cherad ?

...

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Ven 18 Mar - 5:38

Voilà donc quelques épisodes.
J'ai la suite dans l'un des dd surement, faudra que je recherche.
Beaucoup l'ont lu et doivent même s'en souvenir mieux que moi si ça se trouve !
Sma surement.

En copiant-collant, j'ai relu en diagonale.
J'ai écrit ça en...2005, 2006...je crois.J'avoue ne plus savoir. Les dates...bof.

Alors Star Citizen....Vous  comprenez ?


Sma et Cherad' ne peuvent rester vissés.
Ce sont et seront toujours des vagabonds de l'espace, des explorateurs et des...hum, comment dire...des attireurs d'emmerdements ?
Non, je sais, ce n'est absolument pas français ce terme "d'attireur".
Mais je trouve que ça symbolise bien^^


Si nous jouions à SC, ce serait un vaisseau d'exploration, du genre Freelancer DUR
Et déjà, rien que le nom..freelancer... Wink
2 places...l'idéal pour nous deux, en somme.


Mais que ferait une guilde de 2 explorateurs ?
Ça n’intéresse plus personne à notre époque de gamers purs et durs.

Notez que ce freelancer...je l'aimerais bien armé quand même.
Ah bin, on change pas si facilement que ça !
Et pis au pire, un bon chasseur lourd, pour se détendre de temps en temps, ça doit pouvoir se trouver, non ?


Santé !


Quant à Sma elle avait sa place dans ce récit, une vraie place.
C'est plus tard, juste avant le lancement de Gateway, que j'ai proposé à Ondine le rôle de Sma.
Elle a accepté...Les anciens qui passent quelquefois ici, vous connaissez la suite. Wink

.

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Poulpe
Le "Patron". Barre-bar...


Masculin Nombre de messages : 2467
Age : 56
Localisation : Toujours là où bat le coeur des hommes...
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Sam 19 Mar - 5:24


J'ai retrouvé dans mes archives  bordéliques   impeccablement classées, pas mal d'autres trucs.
Des screens, des récits, poèmes même, tous basés sur Gateway. Sur l'univers de Gateway.
J'ai même 2 versions du récit dont je viens de poster quelques épisodes.
A mon grand étonnement d'ailleurs.
Avais-je volontairement censuré certains épisodes ? Car ceux que je viens de lire sont bien plus secs...
Peut être pour être repostés dans notre forum tout neuf. Je ne m'en souviens absolument pas.
Ça plus le récit au complet de 600 pages, purgé de toutes références de Gateway, ça me ferait donc 3 versions.  
Hola...ma mémoire fout le camp !  clown

J'ai retrouvé la suite de ce récit écrit, pendant que cette fois, nous jouions sur Gateway.
L'est pas mince non plus celui là...
Bin en fait, j'ai gardé bien plus que je ne le pensais.
Et bien, ça me fera de la lecture...Comme si j'en avais déjà pas assez à lire !    






Well...

Voilà donc la présentation de 2 indépendants à travers un tout petit morceau d'un récit vieux de Pffffiou....
Quelques screens vieillots, et des considérations méta-abscons-philosophiques-de-comptoir pour saupoudrer le tout.
Et oui effectivement, on est capable de donner beaucoup quand ça vaut le coup.

Hum....


La vraie question est : Aurons-nous encore notre place dans un Star Citizen ?

Face à certains gamers un peu trop prompts à user du bouton de tir de leur joystick, sera-t-on encore obligés de shooter du prétentieux ?  
Entourés de guildes puissantes, pourrons-nous vivre une nouvelle aventure avec tout le plaisir et la part de rêve qu'on est en droit d'espérer de ce jeu, sans restrictions ?
Seulement nous deux ou obligatoirement guildés ?
On aidera, on a toujours aidé. Mais sans carcan ni obligation. Sans ordres, ni lois liberticides et sans grades stupides...merci on a déjà de la verroterie à la cave.
Et déjà rien que ça, ce n'est guère compatible avec l'intégration dans une guilde.

Nos lois sont pourtant simples :
-1) tu tires pas sur Sma ou je te transforme en purée cosmique que même au nano-microscope y restera rien de toi.
-2) tu peux me shooter, mais il te faudra aller vite.
-3) tu peux demander notre aide, mais dans un langage qu'on peut comprendre. Pas : "hétugo médé lol ptdr mdr lolz ?"
-4) tu peux nous faire rire également, car on aime bien ça.
-5) tu peux pas te coller à nous en permanence si t'es pas quelqu'un qu'on apprécie.
-6) T'as pas cent balles ? (joke inside)
-7) Tes un pote, une pote, alors demande nous ce que tu veux.
-8) tu comprends le sens des mots "rêve" "liberté" "espace" "aventure" "découverte" ?
-9) T'as pigé pour Sma, ou tu veux vraiment test ?


On explorera. Je pense que c'est là notre désir, si le jeu propose un bon gameplay cohérent et intéressant concernant cet aspect.
On sait aussi escorter. Enfin moi je sais, puisque j'escorte Sma...  (patapé Sma patapé !)
On est pas fan du transport répétitif du genre : Point A point B point A point B point A point B point....pfffff.....
J'aime la chasse, mais avec l'âge je suis devenu plus sage * Fait le mec qui croit en ce qu'il écrit*
On sait se débrouiller seuls, on l'a toujours fait.
On est pacifique envers tout ceux ne nous cherchant pas des noises.
On est plus du tout pacifique quand on nous cherche querelle.
On aime pas être aidé.

J'ai TS, mais Sma n'apprécie guère devoir porter un casque et parler dans un micro. Elle préfère parler dans le mien.  clown Et pis Sma elle est discrète, tu piges ou je te fais un dessin ?  Cool
On sait lire, écrire, parler. Et chanter même ! Mais bon là...c'est voukivoyé..!  
Je peux être très dispo, Sma a moins de temps. Il m'arrive donc de jouer solo. D'ailleurs à ce sujet...hum...y sont bien les chasseurs lourds ?    
On est de bons gestionnaires.
Nous ne sommes pas des profiteurs et on apprécie guère de jouer le rôle des "profités" (pardon ? ce mot n'existe pas ? M'en fous)
On sait être sérieux, mais on adore rire. En fait, on préfère rire...Mais on sait être sérieux.  Euh, je suis en train de me mélanger les pinceaux là...Bref, on est pas triste...ouais c'est mieux ça.

On est des indépendants ! Mais des indépendants qui savent être utiles, si on nous le demande gentiment, sans chouiner, sans nous flatter. Comme ça, calmement.
D'ailleurs, on est gentils^^
On peut intégrer, et on sera de fidèles camarades ( à la e.m.Remarque) ...aux conditions énumérées ci dessus.

Ouche le pavay, ça pique les yeux non ?
 :p


Alors une guilde capable de recruter deux zozos comme nous, bin à mon humble avis...ça n'existe pas.  :noon:



Voili voilou.

J'ai l'air de déconner, mais vous y fiez pas trop quand même.
Je respecte à 100% ce que je viens d'écrire."Nous" respectons, parce que ce sont des pensées communes et parce que j'ai la plume* facile bin du coup cémoikimikol. (*Quoi le clavier ? cekoiça ?).



Quant aux autres, les indépendants comme nous:

Ami(e), si tu veux nous rejoindre..bin t'as pas besoin.
Tu appelles, on est là. C'est tout.
Tu veux rêver, rire avec nous..et alors, pas besoin de guilde pour ça !

Ah, on va se faire défoncer parce qu'on est pas assez nombreux ?
Possible...pas important finalement.
On verra bien.
On découvrira pas tout ?
Attend, tu veux dire qu'on aura moins de puissance, de fric ? C'est ça ?
Osef !


Comment sera Star Citizen avec les gens comme nous ?
Roberts, t'as prévu un petit créneau dans ton jeu, pour les solos et les duos ?


Y'a du smiley hein !
bin oui, les smileys c'est pas de ma génération alors forcément j'adore !


Santé !

_________________
Hormis la défaite, rien n'est plus terrible que la gloire. (Pierre Schoendoerffer)
_________________
Coelum, non animum mutant qui trans mare, mare currunt. Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)


Dernière édition par Le Poulpe le Lun 21 Mar - 2:49, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Star Citizen et nous 2.    Aujourd'hui à 5:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Star Citizen et nous 2.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Star citizen [PC]
» Star Citizen : Squadron 42
» Star Citizen : la config approximative pour faire tourner en high dévoilée
» Star Citizen sur PS4 ? Peut-être un jour...
» [Star Citizen] Arena Commander Multi-joueurs ouvert à tous les donateurs!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La taverne du Poulpe. :: Jeux à venir...? :: Online-
Sauter vers: